Public Service Broadcasting, l'interview

PSB Angers

Public Service Broadcasting… Un groupe à ranger dans les pépites, un groupe que je ne pensais pas voir un jour en live, encore moins rencontrer autour d’une interview. Public Service Broadcasting c’est un savant mélange de voix extraites de vieux documentaires, avec une musique soignée (des guitares, de la batterie, des machines électriques) et du contenu visuel.
À ranger dans les pépites parce que c’est le genre de musique que j’écoute quand c’est un peu le bordel autour de moi, que je suis à la limite de tomber dans le triste et que j’ai besoin de me sentir « powerfull ».

Vous avez des yeux et sans doute vu les photos ci-dessus !

Hier soir j’ai donc partagé quelques heures avec J. Willgoose, Esq., j’avais préparé de quoi l’interroger. C’était ma première expérience d’interview en anglais, quand l’agence m’a dit « Ok pour PSB, tu as l’interview à telle heure, voici le line-up » j’ai eu au début envie de répondre « oh oh oh on s’est mal compris je demandais juste l’accès au concert » puis j’ai pensé que ce serait encore mieux, j’aurais encore plus de chose à vous conter ici. C’est très bon de sortir de sa zone de confort, se rappeler les cours d’anglais à l’école et foncer ! Ma plus grande appréhension était de rien comprendre à ses réponses : j’ai passé mon week-end (enfin le temps que j’avais de libre, je peux faire des tas de trucs dans un week-end) à écouter et voir ses interviews sur Youtube. Ne pigeant quasiment rien de ses réponses… J’avais une pression… Au final, je suis sortie de cette expérience toute contente : ayant tout compris, ça va je n’étais pas une horreur à entendre en anglais. Comme nous sommes déjà vendredi, je vous laisse à la lecture avec ce clip (pendant que moi je vais apprendre la choré) , Gagarin est un titre incroyable.

 1) J’ai pour habitude de lire la page Wikipedia des groupes que j’ai en interview. Parce que je suis une « Wikipedia Personne » tout un concept… J’ai vu sur la votre, que tu étais (J. Willgoose, Esq.) un ancien producteur à la BBC, c’est vrai ça ? Alors comment tu es passé de la BBC à PSB ?

Ah bon ? Elle raconte vraiment ça notre page française ? Et bien c’est tout à fait faux ! (Je lui demande alors si il était professeur de géographie, il le dit ici, pareil c’est faux). En fait, j’aime me dire qu’on ne peut pas trop en savoir sur un groupe. Nous sommes là pour faire de la musique, pas besoin de savoir grand chose sur le reste. On aime se dire que nous avons une part de mystère sur certaines choses, comme si nous étions une énigme. Nous gardons cela précieusement secret, d’ailleurs je ne sais moi-même pas grand chose du groupe que j’adore…

2) Peux tu me raconter  l’histoire de votre dernier album ?

« Hard question ! » The Race For Space c’est un travail qui a commencé depuis 2010/2011 terminé qu’en 2014.  J’ai d’abord commencé à faire des recherches de samples, ça prends du temps. C’est un long travail de créativité, où parfois on se retrouve à jouer avec notre propre musique à faire quelque chose de plutôt électronique ou plus rock. Ensuite il faut réussir à faire fonctionner tout ça, un mix match, à transmettre quelque chose de beau, un nouveau message du passé. C’est assez délicat comme procédé ! Je veux dire par là que le tandem musique actuelle – documentaires de guerre n’est pas toujours évident.

3) Quels sont les sentiments que tu voudrais transmettre à travers votre musique ? Qu’est-ce que tu aimerais que l’on ressente quand on écoute Public Service Broadcasting ?

Je suis de ceux qui ne cherche pas à imposer un ressenti à ceux qui écoutent ma musique. Je fais de la musique pour moi -déjà- c’est dans ce domaine que j’exploite ma créativité. Donc je n’ai pas vraiment de réponse précise à vous donner, je ne souhaite pas expressément à faire ressentir quoi que ce soit. Par contre, je serais toujours intéressé par les retours des écoutes de nos albums. (On lui indique alors que sa musique nous fait nous sentir « puissants », il a trouvé ça vraiment surprenant !).

4) Quelle est la chanson que tu trouves la plus excitante à jouer sur scène ?

GO! parce qu’elle est rapide à jouer ! J’aime beaucoup l’interpréter.

5) Il parait que le public français est difficile à conquérir et à convaincre. Que penses-tu de ça ? Vous vous sentez bien ici ?

Je ne sais pas tout simplement ! Cette semaine on va vraiment réaliser ce qui se cache derrière le public français. Nous avons joué seulement deux fois en France (à Paris et aux Transmusicales de Rennes).

6) Nous on s’appelle « Engine Your Sound », comment tu définirais cette expression ?

Hum, « Engine », je ne sais pas, ma propre définition ? Pour moi « Engine » reflète « se créer », encore une référence à la créativité, tu dois donner du sens à ta musique.

7) Quel est le son que tu trouves le plus horrible à entendre ? Que tu ne supportes pas !

Un son ? Ha ha c’est marrant ça, laisse moi réfléchir… Quand les gens reniflent ! Je ne peux vraiment pas supporter ce bruit (il nous fait une petite démonstration). Il faut imaginer que ce n’est pas quelque chose facile à vivre quand on est en tournée, ça devient de moins en moins évident, je me retrouve parfois à devoir faire des remontrances à tout le staff et à passer pour l’homme « weird » du groupe.

8) Tu connais la chanson des Daft Punk « Contact » ? Est-ce qu’on peut dire que c’est du « PSB like » ?

Oh c’est marrant et je vois pourquoi vous teniez à me la faire entendre, on dirait une vraie voix non ? Pas quelque chose de nouveau ? Je ne dirais jamais qu’avec Public Service Broadcasting j’opère sur quelque chose de nouveau et d’exclusif. Bon par contre je ne suis pas très fan des Daft Punk, je dois l’avouer…

Dis nous quelque chose pour nous informer (INFORM)

Ah tu sais ce mantra (Inform, Educate, Entertain) qu’on utilise c’est vraiment pour faire sérieux… On est pas si sérieux que ça dans la vraie vie ! Mais je te dirais donc de faire attention à ce que tu vas écrire dans ton article, car je te rappelle que tout n’est pas vrai sur Internet… (depuis j’ai un gros doute sur sa réponse à la 7e question).

Dis nous quelque chose pour nous éduquer (EDUCATE)

Je vais vous apprendre à faire du thé ! (Je suis une peste je n’ai pas trop envie de vous communiquer la recette, ça se mérite !).

Dis nous quelque chose de divertissant (ENTERTAIN)

Pour ça il faudra venir me voir après le concert ! (Ce que nous avons fait, il s’est exécuté en dédicaçant l’affiche du concert pour EYS avec beaucoup d’amour).

Tu viens on va au concert ?

La Manoeuvre

Featuring La Manoeuvre

Merci à Éloïse et à toutes les personnes qui m’ont soutenues. Merci au petit homme.

1 comment on “Public Service Broadcasting, l'interview

  1. Pingback: Journal d’une fan en tournée – 5 – VELOURS CÔTELÉ, NŒUD PAP’ ET LUNETTES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *