Nasty Diamond, en festival

Les Nasty Diamond, vous n’êtes pas sans savoir que c’est mon duo chouchou. Je dois bien avoir saoulé toutes les personnes que j’ai rencontré cette année en leur parlant d’eux, mes propres parents ont chacun un EP dans leurs voitures. (J’ai ainsi reposé les bases de la passion duo et qu’un bon disque s’écoute en voiture). Souvenez-vous, on les avait rencontré, puis vu en live et on s’était procuré l’EP. En 2015, on les encourageait (avec d’autres) pour un concours dans la région.

L’heure est au bilan !

On est d’accord l’EP a vécu (juillet 2013), ils n’ont pas tenu des évaluations précises, ont ressenti en revanche la bonne réception de cette première sortie. Miss Kreiz l’avoue : elle n’arrive plus trop à l’écouter. En effet un EP sa vieillit, ce ne sont pas moins les titres ou les compositions qui lui plaisent moins, c’est juste qu’elle note ses progrès et sa voix qui a pris des gallons.
Désormais, ils ont envie de parler « album » ! Leur future production sonnera moins sweet / honey / smooth (Vous avez saisi ? Je rajoute encore des adjectifs français ?). Attendons nous à des sons plus Hip Hop / Electro (je me souviens que ça faisait débat entre eux ce moment là de notre échange, marrant !). Ils sont à la recherche de quelque chose de cohérent, avec une couleur et une histoire. Les Nasty Diamond nous ont déjà partagé, sur leurs réseaux sociaux, des illustrations pour accompagner les prochains titres (ci-dessous).

lyrics nasty diamond

Le chant vs le rap :

Le duo entend les deux sons cloches ! Il y a ceux qui frissonnent quand notre chanteuse laisse exprimer sa voix et d’autres qui admirent plutôt la performance lorsqu’elle rap. À l’unisson, ils vous répondront qu’ils font les deux. L’écriture du rap amuse plus Miss Kreiz, cela nécessite de produire plus de texte. C’est une pratique qui la passionne, elle s’éclate tout autant à écrire des paroles personnelles ou à passer à des histoires. Des histoires, dont on a déjà une idée des personnages via les illustrations, totalement fictives, inspirées par l’univers de la Science-Fiction.

En live on leur souhaite beaucoup d’amour

J’ai aimé les faire revenir sur leurs concerts. Sur leurs meilleurs souvenirs. Ceux où il y avait pas loin de 6 000 personnes et ceux où nous étions qu’une petite dizaine à les écouter. Ils n’en perdent jamais leur enthousiasme et leur complicité. Suivez-les sur Instagram, ils ont bossé dur pour cette date. Ce vendredi 13, ils jouent au Festival Bebop à 19h30. Rendez-vous donc au parc des expositions du Mans. On leur souhaite des jolies choses sur scène : un tas d’émotions et beaucoup d’amour. « If you take pleasure, You’ll give pleasure », go ahead !

0 comments on “Nasty Diamond, en festival

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *