(Live) Nasty Diamond, Le Mans

Mael's Kreiz

 

Il y a presque un mois, Nasty Diamond montait sur scène pour un live au Barouf. Vous vous souvenez aussi surement qu’une semaine avant cette date je les rencontrais dans mon salon pour en savoir plus sur eux.

Après avoir fait connaissance, qu’en est-il du son propagé par les Nasty Diamond ?

À écouter chez soi, le duo nous repose, à la bien. J’ai souvent bien du mal à croire qu’ils sont français, qu’ils sont jeunes, que nous vivons dans la même ville. Parce qu’il y a tout un tas d’influences afro, américaines, soul, jazz…L’un gère les compositions, l’autre s’intègre à ce travail par l’écriture et le chant. Le résultat est sans faute. Une de leur track pourrait tourner sur l’album Fouquets (Label Naive), c’est luxueux.

En live, j’ai eu les frissons, l’amour de la voix et du beat des Nasty s’est confirmé pour moi. C’est assez nouveau d’ailleurs. Le beat et ce terme même de beatmaker : je suis ouverte au trip hop depuis Bonobo c’est-à-dire un peu plus d’un an. Je me suis plus concentrée sur le rap, (au hip hop pure aussi) depuis quelques mois, faire une pause dans mon blues rock, dans ma façon d’être un peu trop le Philippe dans La Manoeuvre (joke).

Pendant leur concert, sur un set de trente minutes, capter des paroles, des paroles qui te parlent forcément tu décroches   »music is my life » /  »since since I’m a little child I thing all the time I can mmmh mmmh’‘ /  »I’d rather be with you now » /  »If you take pleasure you give pleasure ».
Ça fonctionne avec moi parce que je partage les mêmes convictions, le message me donne envie de leur crier  »moi aussi ». Ensuite, j’ai fait du yaourt, concrètement c’est un live qui me fait du bien. (Pour l’avoir testé déjà deux fois). En espérant que le reste du public ait connu les mêmes émotions à quelque chose près.  Ça me donne le sourire. Ça vous met le corps en mouvement.

Ce post arrive en retard, j’ai attendu de les revoir lors d’une session aux Beaux-Arts. Histoire de m’enivrer à nouveau, être plus fraiche pour vous écrire aujourd’hui. En live Noémie et Maël sont attachants.

Avant de quitter mon boulot, j’ai écouté quelques uns de leurs titres. J’étais lessivée, en ouvrant la porte de ma voiture pour retourner chez moi j’étais apaisée. (Entre autre), Nasty Diamond propage donc une onde remplie de couleurs, d’espoir, de beauté. (Miss Kreiz a une voix capable de me calmer sous le stress, Meal’s a de quoi poser les sons, les samples qui te donnent envie de t’accrocher).

Impatience, trépigner…  l’EP, éponyme, arrive début avril, et comme on dit : jamais deux posts sans trois. À la prochaine !

Soundcloud

Facebook

Émission Talents du Maine itw Julien Sénéchal

Fonky Kreiz

 

1 comment on “(Live) Nasty Diamond, Le Mans

  1. Pingback: Nasty Diamond, en festival - Engine Your Sound

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.