Engine Your Grammys

large

Cette nuit, je me suis sentie l’âme de remplir une quête : celle de ne rien lâcher, de les regarder tout entier, pas que pour les Daft Punk comme la plupart de mes cagoles de compatriotes. Je parle bien sur des Grammy Awards 2014 ! J’ai dû même supporter pendant quatre heures Sinclair entouré d’une jeune femme, (énervante pire qu’un cliché) et d’un spécialiste en musique timide. Ils ont inventé le hashtag  »grammython », c’est pour te dire la teneur du désespoir. La honte télévisuelle.

Passons, j’ai suivi le show en streaming, depuis mon lit. J’ai mangé une mandarine à un moment mais globalement j’ai passé une bonne nuit, sans sommeil donc. J’ai mené à terme ma quête ! Bien sur les Grammy c’est grand, c’est américain, peu de bavures, c’est pas parfait mais t’en bouche un bon coin.
J’y vois quand même un rassemblement de personnalités que j’affectionne (Jay-Z, Dave Grohl, McCartney… d’ailleurs big up au #DLM 4 qui a reçu son prix !).

Du côté «red carpet» je me suis bien amusée devant Jared Leto, il prend son rôle de Christ à la perfection des cheveux et des yeux. Même si Joe Hume a raison : il n’est pas amour pour son prochain mais amour que pour lui-même. Sans oublier le Pharell Hat, quelle idée de se balader avec une praline noisette sur la tête !

Jared tie and dye Christ
Jared tie and dye Christ

Concernant les prestations, je savais que j’irais jusqu’à l’avouer ici : je peux mater des clips de Beyoncé pendant des heures, quelque part elle me fascine. Alors l’opening m’a nourri. Je n’ai pas été convaincue par les Daft Punk, il manquait quelque chose, c’était simple et dansant, sans étincelles. Je trouve nos médias bien trop hypocrites à ce sujet. Par contre, me voilà agréablement surprise devant celle de Macklemore (et de ses acolytes entre autre Madonna) que j’écoute souvent durant des sessions de travail où j’ai besoin d’être sous électrodes.

C’est sympa de se retrouver en symbiose avec l’autre bout de la planète, c’est les meilleures nuits d’insomnie celles-ci. Vivement dimanche prochain, vivement le SuperBowl !

0 comments on “Engine Your Grammys

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *