Le festival de Christine and The Queens

IMG_8966– Feu follet, un peu furibond –

IMG_8971– Un bout de Christine, douce grâce d’un diable –

Je me suis rendue compte que ma « rencontre » avec Christine and The Queens s’est déroulée de la même façon que pour plusieurs personnes : au début on n’aimait pas trop, on en avait même marre de tout cet engouement autour de cette fille. Et puis on a écouté l’album en entier. Finalement on aime. Ensuite chacun devient plus ou moins accro. Oh oui accro. Je n’ai pas honte, je suis disciple de ce projet propulsé par Héloïse Létissier.

L’album m’a alors suivi la plupart du temps lorsque je devais entamer 150 kilomètres de route à 5h30 du matin pour rejoindre une ville qui m’angoissait. Ça me donnait de l’entrain, une certaine rage ou puissance c’était en fonction de mon humeur. J’en avais pas forcément quelque chose à faire de la chanteuse, de tout ce qui pouvait bien l’entourer. Je foutais « It » au volume le plus haut possible et si je pouvais le faire subir à tout ce que j’allais croiser sur le chemin c’était encore mieux. Les basses faisaient parfois trembler les portières de la voiture, j’adorais (il m’arrive encore de faire ce petit abus…). (Va te plaindre après de ceux qui se trimballent le MP3 à l’air et qui le font profiter à tout le monde dans la rue, hein ose redire quelque chose).

Il m’a tellement suivi cet album que j’ai dû arrêter de jouer l’indifférente, faire face et creuser le sujet. Je ne connais que vulgairement et de loin l’histoire de Christine and The Queens. Par contre je reste observatrice de ses photoshoots, je vais également regarder les comptes Instagram des danseurs, j’adore visionner ses interviews. Depuis mai, je vis dans un festival de Christine. Elle qui fait de ces évènements sa tournée d’été.

Quand je l’ai vu en live la première fois j’étais accompagné par une personne qui ne l’aimait pas vraiment il faut l’avouer. C’était sans l’aide des groupies, des adolescentes et de leurs commentaires vraiment pas futés. Mais bon, avec un brin de tolérance, on a su ensemble apprécier le spectacle. Personne ne peut nier la performance de l’artiste. Et moi j’étais très subjuguée de la voir enfin.

Beauregard. En solo. C’était la voir de plus près, la voir carrément en espace presse. Avoir des portraits dans l’appareil photo, bien gardés. Elle semblait motivée, très souriante, très franche. Elle est aussi petite de près, mais n’a pas l’air fragile.

IMG_9024

Christine and the Queens Beauregard

IMG_9020

C’est impressionnant sur scène. Comme si ses compositions lui donnaient des tocs tellement elle en est emprise. Les danseurs suivent, les danseurs s’approprient quelque chose, ils ne figurent pas ils sont essentiels. C’est géométrique : il y a des lignes dans les lumières, dans les gestes et dans les pas.  Les machines sont troublées par Bastien et Paul, elles subissent les saccades elles approuvent quand la voix s’enrage. Il y a la férocité qui sort de la guitare de Gabriel qui dégage de la sensualité, qui arrive à percer avec son rock dans cette sphère électrique. Tout, tout se rassemble autour d’elle et c’est la Chaleur Humaine qui se distille durant environ une heure et quelques.

 C’est réussi. Je partage l’avis de mes confrères rencontrés à Beauregard : en salle ça doit faire encore plus d’effets. Héloïse est attachante, à force de la voir on s’attend à ses répliques mais elle nous donne des frissons à chaque fois. Oui on peut qualifier ce spectacle de millimétré, même si ce n’est pas tout à fait le même d’un soir à l’autre. Il reste sincère et réussi, encore une fois.
Parfois j’ai peur de Because Music, de son équipe, des personnes qui n’ont pas grand chose à voir avec l’artistique mais qui se doivent d’avoir de l’influence. On contrôle l’image, l’avoir en interview en 2015 si l’on n’est pas huge relève d’une montée de l’Everest. J’y crois quand même, après tout : La Manœuvre est sous contrôle aussi. (Regarde toi toi-même avant toute chose !) Derrière mon personnage il y a Elo, Elo est parfois déglinguée alors que La Manœuvre se doit d’être sous réserve, stricte… On ne fait pas un peur avec ces petites tendances à la schizophrénie ? Ça va ? J’ai hâte à la suite, j’y crois.

IMG_8991.jpg_effected

Danseur Christine And The Queens Marion Motin

12 comments on “Le festival de Christine and The Queens

  1. J’adorerais la voir en concert, j’aime beaucoup cette artiste!!!

  2. J’ai aimé lire ton article, tes mots, tes phrases, tout ça sonne super bien. Je ne t’enterais pas de jeux de mots peu subtils pour dire qu’ils sonnent comme une chanson de Christine and The Queens. Ca ne serait d’ailleurs pas très vrai parce que ton billet, je l’ai compris 😉
    J’ai atterris ici suivant les mots clés Festival + Christine, reliée à mon expérience live de dimanche où je l’ai vu au festival Musilac d’Aix les Bains. De toute la prog’ de la soirée, c’est son show que je retiens : la puissance d’une petite femme qui arrive à captiver, à échanger, à danser et à chanter (tout ça en même temps). C’était bien, c’était même très bien, et ça a le mérite d’être souligné.
    🙂

    • La Manoeuvre

      Coucou Charline,

      Eh bien moi j’ai aimé ton commentaire ! Très sincèrement il m’a bien touché..! Bienvenue à toi sur Engine Your Sound, festivalière de Musilac 🙂 Tu as entièrement raison pour les captiver, échanger, danser, chanter… Je suis contente que tu nous partages ce que tu as retenu de cette soirée.
      Tu as dû voir aussi les Alt-J et The Do ? J’en parle très bientôt, ALT-J de base j’aime beaucoup et je raconterai ce que ça m’a fait de les voir jouer en live. The Do j’ai toujours à peu près bien aimé, leur live est vraiment très bon aussi, je ferai aussi un topo, alors je te donne rdv, peut être à bientôt ?

  3. Pfiou, tes mots, tes photos… Love love ! Tu me fais regretter de ne pas avoir pu voir le concert de Christine & the Queens en entier à Art Rock. Comme toi, j’ai eu beaucoup de mal à me mettre à écouter sa musique vu tout le bruit qu’il y avait autour. Et comme toi, j’ai longtemps balancé « It » à fond les ballons dans ma voiture et dans mes écouteurs !

    • La Manoeuvre

      Merci Vic’ pour ton commentaire, coeur sur toi ! La fatigue avait eu raison de toi ?! Tsss
      Trop marrant que ça t’ait fait la même pour it 😉

  4. superbes photos. J’aime ton honnetete, ta facon d’ecrire.
    Je suis contente de voir qui la France a des talents comme elle, plus que Maitre Gims…lol
    Well done!

    Xx

    Cookie

    • La Manoeuvre

      Hello Cookie,

      Je suis également touchée par ton commentaire, c’est motivant de lire que mon honnêteté et ce que je peux bien raconter te plaise ! Vive Christine et merci d’avoir laissé ton avis ici 🙂

  5. Hello, j’ai adoré ton article sur elle. J’ai découvert son album l’année dernière à la même période environ dans un article du magazine Paulette et j’ai tout de suite téléchargé son album. Je l’admire beaucoup, je suis allée la voir à Musilac il y a 5 jours c’était vraiment formidable. J’adore ses jeux de scène, elle sait très bien danser et captiver le public! Elle passe à Grenoble en octobre et c’est avec hâte que je l’attends aha

    Je t’embrasse,
    http://sofunnygirl.blogspot.fr

    • La Manoeuvre

      Bonjour Éléonore,

      Merci pour ton commentaire, merci pour ce que tu dis sur cet article. Je suis également bien contente (puisque curieuse) que tu nous racontes ton expérience à toi avec Christine ! (Du coup je suis curieuse aussi de savoir ce que tu as également aimé à Musilac ?) tu as de la chance pour octobre 😉 D’ici là, elle aura surement de nouvelles choses à apporter en plus.
      Bon lundi, bises !

  6. je te découvre au hasard d’un voyage sur HC et je me surprends à aimer ce que je lis, concernant une artiste dont je ne sais toujours pas si je l’Aime ou si elle je ne la supporte plus… c’est dire si ton billet me parle.
    tes mots me susurrent de jolies choses à l’oreille également.
    En résumé, en pensant me faire une idée plus précise de mon ressenti sur la reine Christine, j’en ressors avec un blog à suivre avec intérêt. Et plaisir !
    La Dodue.

  7. Pingback: article de la semaine : EYS, le festival de Christine and the queens •

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.